L’ethnobiologiste qui cultive la permaculture

Rubrique Alimentation - Publié le 25.07.2018

Source: L'illustré - Ethnobiologiste de formation et permaculteur de la première heure, GAËTAN MORARD dirige le Musée valaisan des bisses à Ayent et préside l’association Permaculture Romande, née en novembre dernier.

Il y a douze ans, quand on a lancé l’association Permaculture Valais, on était trois chevelus au fond du Valais», se marre Gaëtan Morard. Aujourd’hui, la permaculture est tendance et le jeune homme ne passe plus pour un hurluberlu: il a sa propre entreprise permacole, Clés de Sols, il préside la toute nouvelle association Permaculture romande, qui a pour objectif principal de créer un réseau de permaculteurs et de soutiens entre les différents projets, il donne des cours à l’Uni de Lausanne, dans le cadre du master en fondements et pratiques de la durabilité, ainsi quà l’Uni de Neuchâtel, où il a fait ses études d’ethnobiologie, et à la Haute Ecole de viticulture et d’oenologie de Changins (VD).


On compte d’ailleurs plus de 700 000 permaculteurs certifiés dans le monde à ce jour, alors que le concept a germé il y a juste quarante ans dans les têtes de deux Australiens, Bill Mollison, scientifique couronné par le Nobel alternatif, et David Holmgren, concepteur écologique.


Mais que propose donc la permaculture? Le non-initié n’y voit qu’une méthode de jardinage écologique avec des techniques comme la culture sur buttes et la spirale à aromatiques. Et il est loin du compte, souligne Gaëtan Morard. «L’idée est de créer des systèmes agricoles et humains durables, en s’inspirant du fonctionnement de la nature, en économisant et partageant les ressources, dans le respect du sol et des êtres vivants.»


Rejoignez le réseau - Trouver une association locale, un cours, une rencontre, créer des liens?
www.permaculture.ch


On l’aura compris, la permaculture demande du temps. Le seul design d’un projet peut exiger jusqu’à un an, de l’observation du terrain à l’examen des besoins et ressources disponibles, puis la mise en place et la transition des pratiques.


Pour les intéressés, des initiations sont proposées partout en Suisse romande. Quant à devenir permaculteur, il faut 72 heures de cours pour le certificat de designer, puis deux ans de formation sous l’aile d’un référent.


Texte: Mireille Monnier

 Quelques adresses dans la catégorie Alimentation

Voir plus d'adresses